À propos

Aujourd’hui encore, les mortiers sont utilisés à l’aide d’un pilon pour broyer, piler et mélanger les ingrédients de différentes préparations (culinaires, médicales, pharmaceutiques et artisanales). Bien que réalisés dans plusieurs types de matériaux, l’archéologie s’est principalement intéressée à leur version céramique. Toutefois, les interventions archéologiques livrent aujourd’hui un nombre croissant de mortiers en pierre permettant ainsi de documenter leurs utilisations et leur évolution morphologique en France depuis le second âge du Fer.

Néanmoins, à l’image des meules étudiées seulement depuis peu, les mortiers restent encore relativement méconnus malgré un intérêt scientifique certain, entre autres du fait de leur composition. En effet, parfois même réalisé exclusivement à l’échelle macroscopique, l’examen pétrographique permet d’identifier l’horizon géologique de la roche, de proposer une ou des provenances possibles et d’étudier leur diffusion. Ainsi, la prise en compte de la pierre des mortiers de sites arvernes et éduens indique, peu avant le début de notre ère, un approvisionnement local à régional, alors que pour la période romaine, le domus dit du chirurgien à Rimini (Italie) et le castellum d’Oudenburg (Belgique, Flandre occidentale) documentent des approvisionnements à longue distance, qui rejoignent les préconisations de Pline l’Ancien. Pour la période médiévale, si leur présence en nombre sur des sites commerciaux tels que les emporia de Dorestad (Pays Bas) et de Quentovic (France) reste à examiner sous cet angle, dès le XIIIe siècle plusieurs productions françaises, belges et anglaises commercialisées par la mer du Nord sont désormais davantage documentées, auxquelles s’ajoutent celles qualifiées, dans l’état actuel des recherches, de régionales (Troyes), voire locales (région parisienne ; Reims, Marne ; Bourges, Cher ; Rougiers, Var).

Ces données de recherche, accumulées depuis une quinzaine d’années, peuvent ainsi intéresser des chercheurs dans différents domaines : commerce, histoire médicale ou pharmacologique, histoire de l’alimentation.

Ce carnet permettra de faciliter l’étude archéologique de ces ustensiles en intégrant les approches morphologiques et archéométriques du contenant, mais également les ingrédients broyés, pilés et mélangés. Au-delà, il cherchera à fournir des clefs d’identification et d’analyse, ainsi que des actualités pour cette partie du mobilier lithique avec des affinités multiples. Seront abordés, au travers des données archéologiques et des sources écrites, les questions de matière première (de l’extraction jusqu’à la fabrication), de typo-chronologie, spécificités régionales, de commercialisation et d’utilisation dans des contextes variés.

Les mortiers réalisés dans d’autres matériaux que la pierre ne seront pas oubliés. Seront également présentés des objets avec des affinités plus ou moins affirmées : pilons, broyons et apparentés, mesures de capacités (dont certains modèles mobiles s’avèrent utilisés pour piler des ingrédients), autres récipients morphologiquement proches (bacs, auges, supports de vases), réutilisations possibles (lampes, bénitiers, fonts baptismaux) et autres catégories de mobilier lithique pas toujours bien documentées d’un point de vue archéologique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search